Dossier : Quelles situations couvre la garantie des accidents de la vie ?

    Lorsque l’on souscrit une garantie des accidents de la vie, la plupart des situations à risques du quotidien sont sensées être couvertes. Mais face aux multiples dangers qui parsèment la vie de tous les jours, il est intéressant de savoir quelles sont réellement les situations prisent en charge par la GAV. Aujourd’hui, avec plus de 6M de contrats souscrits en France, la garantie des accidents de la vie est soumise a un cadre bien précis.

    La GAV connait actuellement un succès en constante hausse depuis sa création il y a une dizaine d’années. Ce contrat ne couvre pourtant pas toutes les situations, et il est nécessaire de faire un tour d’horizon des évènements accidentels garantis. Selon la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA), cette garantie socle vise les accidents de la vie privée, les catastrophes naturelles et technologiques, les accidents médicaux et les accidents dus à des attentats ou des agressions. Les accidents de la route et les accidents du travail ne sont pas garantis car ils sont soumis à un régime d’indemnisation spécifique obligatoire.

    Plus précisément, sont considérées comme victimes d’un accident de la vie, les personnes ayant subi des accidents domestiques se produisant à la maison ou dans ses abords immédiats. On les appelle aussi « accidents de la vie privée ». Ce sont les événements soudains et imprévus, individuels ou collectifs, survenant hors de l’activité professionnelle de l’assuré et dus à des causes extérieures. On parle ici de chutes ou de brûlure par exemple.

    La garantie socle prend aussi en charge les accidents subis lors d’une catastrophe naturelle (tempête, avalanche, tremblement de terre…) ou technologique (effondrement d’un magasin, intoxication alimentaire…). La GAV indemnise de la même façon les accidents dits « médicaux », c’est à dire lorsqu’une opération, un diagnostic ou encore un traitement a entraîné chez le patient assuré une détérioration de sa santé exceptionnelle et anormale, indépendante de l’évolution de l’affection en question et de l’état antérieur.

    Les accidents dus à des attentats ou à des infractions sont également pris en charge. On parle alors par exemple de dommages corporels causés par une bombe, une voiture piégée, mais aussi des conséquences d’une agression physique, à condition que la victime n’ait pas participé à un attentat. En parallèle, la garantie des accidents de la vie couvre les dangers survenant à l’extérieur, c’est à dire dans un magasin, sur un trottoir (chutes, morsures par un animal…), les accidents scolaires mais aussi les accidents du sport, de loisir et de vacances ( accident de ski, de chasse, ou lors d’un séjour à l’étranger…). Même si la garantie des accidents de la vie n’indemnise en rien les accidents de voiture, elle prend en charge, a contrario, les mésaventures dans les transports à moteur (hors véhicules terrestres) comme par exemple les accidents d’avion.

    Il faut savoir que les accidents de la vie courante sont la première cause de mortalité accidentelle en France, toutes classes d’âges confondues. Les enfants et les personnes âgées sont les plus touchés avec 1 décès sur 5 chez les moins de 5 ans, et 9.000 décès chez les seniors chaque année.


    Laissez votre avis