Protection juridique : Les assurés ne pensent pas assez à leur assurance

Le Médiateur de la République s'est penché sur le sujet des contrats d'assurance de protection juridique. Son constat est simple : « cette garantie n’a pas été utilisée par les requérants »

Le Médiateur de la République s’est penché sur le sujet des contrats d’assurance de protection juridique. Son constat est simple : «  cette garantie n’a pas été utilisée par les requérants ».

« Lorsque la voie de la médiation s’avère définitivement compromise et que la saisine d’une juridiction permettrait, peut-être, de faire aboutir une position légitime, on constate que beaucoup reculent par crainte des frais de justice, sans imaginer utiliser la ou les assurances de protection juridique dont ils règlent pourtant régulièrement les cotisations » déplore le Médiateur de la République.

Saisis pour différents problèmes, les services de médiation ne peuvent régler tous les litiges. Quand une action en justice permettrait parfois d’aboutir à un résultat favorable, les assurés ne pensent pas à activer des garanties incluses dans les contrats d’assurances auto ou habitation, ou parfois souscrites en plus.

Le Médiateur se questionne également sur le rôle des assureurs dans cette « sous-utilisation ». « Parce que les assureurs seraient plus prompts à encaisser qu’à décaisser ? Parce que les avocats préféreraient des honoraires libres plutôt qu’une rémunération forfaitaire ? » demande ainsi Jean-Paul Delevoye, avant d’appeler à une réflexion sur le sujet. « Il faut réfléchir aux moyens à mettre en œuvre afin que l’assuré  puisse effectivement bénéficier de la protection à laquelle il a souscrit » écrit-il dans un communiqué, rappelant également que l’Etat lorgne en ce moment sur une partie des cotisations pour financer l’aide juridictionnelle.


Laissez votre avis