Assurance annulation : le remboursement des billets d’avion annulés et des voyages organisés

L’éruption du volcan Islandais Eyjafjöll paralyse actuellement une grande partie du trafic aérien d’Europe du nord. Des milliers de vols sont donc annulés, et les passagers lésés doivent songer dès à présent à se faire indemniser. Dans ce cas précis, les démarches à suivre pour se faire rembourser sont assez simples car les compagnies s’engagent à vous dédommager.

En règle générale, si un vol est annulé, les passagers ont le droit au remboursement de leur billet ou au placement sur un autre vol. Pourtant, l’indemnisation n’est pas versée lorsque l’annulation est due à des circonstances extraordinaires comme les conditions météorologiques qui n’auraient pu être évitées même si toutes les mesures raisonnables avaient été prises. Alors qu’en est-il de la situation entraînée par l’éruption du volcan Eyjafjöll en Islande ?

Toutes les compagnies aériennes sont claires, elles rembourseront ou permettront l’échange des billets pour leurs passagers. Air France a annoncé dans son dernier communiqué de presse que les aéroports de Roissy et Orly seront fermé jusqu’à 20h00. Contactée par notre rédaction, la compagnie française a confirmé qu’elle dédommagerait bien les passagers de tous les voyages affectés entre les 15 et le 18 avril. Les voyageurs bloqués en France ainsi qu’à l’étranger pourront se faire rembourser directement en agence, par téléphone ou par internet. De plus, Air France prendra aussi en charge les frais de restauration et d’hébergement des passagers bloqués lors des escales.

Et il en est donc de même pour la plupart des compagnies aériennes touchées par le nuage de fumée de l’éruption. A quelques exceptions près, chaque transporteur prendra en charge ses passagers restés au sol, une situation qui devrait coûter cher aux compagnies. Selon l’agence média Dow Jones, le maintien au sol des avions de British Airways par exemple, pourrait coûter plusieurs millions de livres sterling à la compagnie aérienne. Cette dernière estimait que le coût moyen par jour de mise hors service d’un appareil long-courrier lui coutait 174.000 livres, et que pour une flotte entière de long-courriers cette perte atteignait 13M de livres. Certains spécialistes estiment déjà que les pertes à l’échelle mondiale pourraient aller jusqu’à 1 milliard de dollars avec près de 6M de passagers affectés.

En ce qui concerne les voyages organisés annulés, la responsabilité revient cette fois-ci aux agences de voyage. « La position des assureurs est simple ! Lors d’un séjour organisé, quel que soit le motif d’annulation d’un vol, la responsabilité engagée est celle des voyagistes. Comme ces derniers ne sont pas capables d’offrir une prestation complète, c’est à eux de trouver une solution de report ou de rembourser les passagers. En aucun cas l’assurance voyage n’indemnise les voyageurs dans cette situation là, même en cas de force majeure à l’image de l’Islande en ce moment », nous précise Arnaud Visbecq, directeur de la communication chez Présence Assistance.

Si les catastrophes naturelles sont des facteurs d’annulation exclus (l’annulation d’un voyage en Islande rentre dans ce cas), les compagnies aériennes doivent pourtant prendre en charge quoiqu’il arrive leurs passagers (c’est à dire qu’elles doivent tout de même leurs proposer une solution de rechange : soit un remboursement, soit un échange de billets). Enfin, il faut savoir que  même si les transporteurs vous remboursent votre billet, ils  ne sont pas contraints d’indemniser les frais d’hébergement ou les repas, ni les conséquences financières  indirectes de l’annulation d’un vol (journée de travail perdues, par exemple).


Laissez votre avis